17e ACC américain

REGARDER LE CONTENU >>
17E ACC AMÉRICAIN
de L. Ron Hubbard
Séries de conférences
TARIF : $475.00
PORT PAYÉ
Quantité :   


AJOUTER AU PANIER >>
SÉLECTIONNER LA LANGUE:
English (English)
English (English)

RÉSUMÉ

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Russie soviétique possédaient maintenant des armes atomiques bien plus meurtrières que toute autre dans l’histoire. Mais ce que leurs diplomates n’avaient pas, L. Ron Hubbard l’a rappelé aux auditeurs, c’était la connaissance « des fondements, aussi petits soient-ils, permettant de s’entendre avec une personne ou un groupe. Cela, ils ne le savent pas. » En conséquence, un cataclysme potentiel se dessinait. Même sans guerre, les essais nucléaires répandaient des radiations, restimulant les gens dans leur première dynamique. La solution exigeait une attitude globale à l’égard du monde dans son ensemble : celle d’un auditeur envers un préclair. D’où l’importance renouvelée du contrôle, de la communication et de l’avoir (CCH) en matière de sauvetage planétaire. Et ce que L. Ron Hubbard a donné pendant le 17e ACC américain était une instruction intense sur les composantes des CCH — depuis l’audition simulée pour enseigner la formule de la communication jusqu’aux CCH 1 et 2, qui allaient devenir le Ton 40 sur un objet et le Ton 40 sur une personne. Voici, en effet, une vue d’ensemble complète de pratiquement tous les fondements — les parties de l’Homme, l’ARC, l’échelle des tons — en particulier pour renverser le déclin social. Puis, traversant l’océan Atlantique, L. Ron Hubbard a fait connaître ces découvertes à encore plus grande échelle lors du Congrès de Londres sur les radiations nucléaires, le contrôle et la santé.

DESCRIPTION COMPLÈTE

Un scientologue est une personne qui contrôle les gens, les environnements et les situations avec le ton 40.

Oh ! vous voulez une situation contrôlée ? Appelez un scientologue.

Vous voulez un environnement contrôlé ? Appelez un scientologue. L. Ron Hubbard

L’année 1957 avait commencé dans un monde envahi par l’incertitude et l’anxiété à propos de l’avenir, et alors que février arrivait, aucun signe d’apaisement ne se faisait sentir. L’Occident et l’empire soviétique continuant de se faire face dans une guerre froide sans fin apparente, et avec les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Russie possédant tous des armes nucléaires, la possibilité d’une nouvelle guerre plus meurtrière que jamais devenait de plus en plus réelle.

Ainsi, et toujours dans l’intention de progresser vers la mise au clair de la planète, L. Ron Hubbard avait continué ses recherches et poussé la technologie de façon à résoudre non seulement les cas des préclairs, mais également celui d’une civilisation entière. Et ce qui avait été accompli dans cette direction, bien souvent dans des sphères qui faisaient vraiment une différence, était remarquable. Il y avait par exemple le rapport officiel publié peu de temps auparavant par l’équipe olympique britannique de pentathlon qui faisait part de ses remerciements à l’Association internationale Hubbard des scientologues pour les services rendus par un auditeur dans la préparation de l’équipe des jeux Olympiques de Melbourne de 1956, en Australie. Comme ce rapport le précisait, le travail de cet auditeur « peut être jugé par le fait qu’à aucun moment à Melbourne un membre de l’équipe a craqué mentalement comme cela avait été le cas lors de compétitions mondiales précédentes. »

Cependant, étant donné l’urgence et l’ampleur de ce qui devait être fait, L. Ron Hubbard continuait à publier de nouveaux développements techniques et administratifs et à travailler à la formation d’auditeurs compétents. Ainsi, pas plus de treize jours après avoir donné la dernière conférence du 16e ACC, L. Ron Hubbard donna la première conférence du 17e cours d’instruction clinique avancée américain — le lundi 25 février pour être précis — à l’Église fondatrice au 1812 de la 19e rue, à Washington.

Ceux qui attendaient avec impatience sa présentation ce matin-là étaient un groupe d’auditeurs sélectionnés dont la candidature avait été personnellement approuvée par L. Ron Hubbard. Cependant, s’ils attendaient à être formés à des techniques s’appliquant uniquement à un préclair assis sur une chaise, ils étaient sur le point d’entendre quelque chose de complètement inattendu. La formation commença dès la première conférence, avec l’analyse précise de la façon dont les radiations dans l’atmosphère restimulaient la société actuelle vers un niveau de survie inférieur. Il cita de manière spécifique un indicateur récent : un déclin significatif, dans les deux mois qui venaient de s’écouler, du nombre de personnes aidées après qu’elles avaient subi un accident au bord de la route. Les implications étaient alarmantes :

« Vous êtes pleinement conscients du fait qu’il pourrait y avoir une toute petite quantité de radiations dans l’air qui ne causerait jamais aucun dommage physique à quiconque et qui cependant restimule chez les gens une condition de jeu lourde et inconnue. Par conséquent, ils agissent de manière de plus en plus frénétique et seulement sur la première dynamique. Ce serait l’un des premiers symptômes que vous découvririez dans une société : que tout le monde commence à se classer dans la catégorie du “seul et unique”.

« Maintenant, ça, c’est le chemin vers la mort. »

Par conséquent, durant ce qui suivit, et en fait durant les cinq semaines suivantes, ces étudiants se retrouvèrent en charge d’une responsabilité unique. En effet, personne d’autre que des auditeurs formés ne possédait la technologie et l’aptitude à inverser la spirale descendante. Et ce que cela nécessitait, comme le soulignait L. Ron Hubbard, était leur attitude fondamentale envers le monde en général : d’auditeur à préclair.

D’où l’importance renouvelée du contrôle, de la communication et de l’avoir (CCH), pas seulement en tant que procédés destinés à accroître l’aptitude d’un préclair dans sa propre vie, mais également en étendant leur application au contrôle de l’environnement en vue d’accomplir le sauvetage de la planète.

« Cette société, à ce jour, à cause de la restimulation des radiations dans l’air et également dû à d’autre facteurs, économiques et politiques, en arrive à un point où faire en sorte qu’une personne fasse son travail exige un auditeur qui peut auditer les CCH et les auditer très bien. Ici, nous pouvons appeler cela de l’audition, mais dans les années à venir vous appellerez cela le fait de vivre. C’est pourquoi vous serez en vie. Parce que vous comprenez ces choses. »

C’était une mission dont l’urgence était sans équivoque.

Ce que L. Ron Hubbard donna fut une formation intensive sur la théorie sous-jacente ainsi que l’application des parties des CCH, avec de nouveaux procédés et de nouveaux exercices pour propulser les auditeurs dans ce qu’il appelait « la catégorie des champions ». De l’audition simulée afin d’enseigner la formule de communication, et ce qui allait bientôt s’appeler le CCH 1 (donne-moi ta main), le CCH 2 (8-C ton 40), le ton 40 sur un objet et le ton 40 sur une personne. En fait, L. Ron Hubbard donnait une vue d’ensemble détaillée et une reformulation de pratiquement tous les fondements de la Scientologie — les parties de l’Homme, l’ARC, l’échelle des tons — particulièrement concernant l’application de ces technologies étant donné le déclin de la société :

  • l’introversion et l’extraversion — leurs mécanismes, y compris une description des marchands de peur comme « experts en introversion », ce qui cause l’introversion, ainsi que les procédés pour la résoudre ;
  • CCH en tant que triangle interactif — comment le contrôle, la communication et l’avoir sont liés et la simplicité de leur application dans l’audition ;
  • les procédés d’assistance — une conférence de base sur la technologie des procédés d’assistance, et comment même les premiers instants de chaque séance représentent un procédé d’assistance ;
  • le scientologue professionnel — comment faire pour devenir un professionnel dans n’importe quelle sphère d’influence, dans le but d’améliorer l’individu et la civilisation.

De plus, juste après cet ACC historique, L. Ron Hubbard traversa l’Atlantique afin de délivrer le Congrès de Londres sur les radiations nucléaires, le contrôle et la santé, dans lequel il publia ses percées sur l’application des CCH à un public encore plus large. Cela marqua un nouveau tournant, car en réponse à une demande trop pressante pour être ignorée, les conférences de ce congrès furent transcrites et remises dans les mains de membres du Parlement — le texte formant la base du livre final de L. Ron Hubbard sur le sujet, Tout sur les radiations. Ce livre fut publié en mai, et les librairies se retrouvèrent vite à court de stock, le public achetant tous les exemplaires disponibles. Ainsi, les découvertes de L. Ron Hubbard sur les effets restimulants des radiations, et plus important encore, sa technologie pour déstimuler une civilisation exposée à cette menace, se retrouvèrent rapidement entre les mains de ceux qui avaient le plus besoin des données : le public en général.

Cependant, pour saisir le cadre beaucoup plus large dans lequel L. Ron Hubbard instruisait ses étudiants auditeurs, il s’agissait d’un seul message ne comprenant rien de moins que le rôle crucial que les auditeurs allaient jouer sur la scène mondiale :

« Toute personne qui peut accroître l’intelligence, changer la personnalité et remédier aux maladies chroniques possède l’accès à chaque ville, village et ferme dans le monde. C’est la seule chose que vous pouvez être tout en étant autre chose. C’est la seule chose que vous pouvez toujours être peu importe l’endroit où vous êtes. L’Homme a besoin d’aide, vous pouvez la lui apporter. S’il vous plaît, faites-le, au moins pour moi. »

17e ACC américain
TARIF : $475.00
PORT PAYÉ
Quantité :   

AJOUTER AU PANIER >>
Votre montant $475.00
PORT PAYÉ
Quantité :    
AJOUTER AU PANIER >>